Les différentes disciplines du parachutisme

Le vol relatif

C’est celui que l’on pratique le « week-end » ce sont des sauts qui peuvent être organisés ou non, le plaisir est le maître mot, les briefings sont plus ou moins approfondis.

phoca_thumb_l_GOPR2125

Les rassemblements de grande formation.

Ce sont des sauts qui sont systématiquement briefés.
Communément, on peut parler de grande formation à partir de vingt ou trente.
Plusieurs types de records sont régulièrement organisés : nationaux, mondiaux, féminins…
Une réglementation sportive existe pour les records (FAI). Le dernier record en date est la formation avec 400 parachutistes en Thaïlande en février 2006.

Capture02

Le vol relatif de compétition.

Pratiqué à quatre ou à huit, l’objectif est de faire un maximum de points en 35 secondes pour le quatre et 50 secondes pour le huit.
Les équipes s’entraînent toute l’année.
Elles ont avant tout un objectif de performance.

Voir quelques images vidéos de Vol Relatif en compétition

phoca_thumb_l_IMG_4685

L’apprentissage du vol relatif. (le brevet B2)

Les objectifs du B2

Pour mener à bien la formation du futur « relativeur » il est nécessaire d’identifier toutes les compétences indispensables que doit posséder l’élève en vue d’obtenir son brevet.

En termes de sécurité

  1. Maîtriser les inerties
    Lors d’un rattrapage d’une grande distance la vitesse d’approche peut être importante, l’élève doit apprendre à contrôler et maîtriser cette phase du saut.
  2. Avoir la notion du temps
    Avec les nouveaux exercices à effectuer, les élèves peuvent oublier de regarder leur altimètre.
  3. Savoir dériver
    La dérive permet de s’éloigner des autres pour ouvrir en sécurité. L’élève doit maîtriser l’axe de la dérive, mais aussi améliorer sans cesse son efficacité.
    Les élèves qui arrivent au B2 ne savent pas, pour la plupart, dériver suffisamment.

En termes de technique

  1. Apponter
    L’appontage est la base du vol relatif, un élève qui ne sait pas apponter ne peut pas faire de vol relatif.
    Les appontages grande distance génèrent une vitesse importante et donc beaucoup d’inertie, mal maîtrisée, elle peut conduire à un appontage trop violent.
  2. Découvrir de nouvelles sorties d’avion
    Le B2 est aussi le moment pour découvrir de nouvelles sorties d’avion.
  3. Apprendre quelques figures de séquence

Capture04

+ d’images à voir dans la galerie photos Parisjump

 

Le Free Fly

Dernière née du parachutisme sportif, Le Free Fly consiste à réaliser des figures autres qu’à plat. La plupart du temps, les figures sont effectuées tête en bas. 

Cette pratique est de plus en plus prisée par les pratiquants à la recherche de nouvelles sensations fortes et de nouveaux repères dans les trois dimensions. 

Le Free Fly, officiellement reconnue à la Fédération aéronautique Internationale depuis l’an 2000 est également une discipline de compétition.

En compétition une équipe est composée de 3 freeflyers. L’un est vidéoman, il a la charge de filmer  les évolutions des deux autres performers, tout en participant lui-même à la chorégraphie aérienne.

Le programme libre est un saut entièrement inventé par l’équipe de freeflyers. Il dure 45 secondes et doit être rythmé, technique, fluide tout en offrant un spectacle visuel original.

Il existe aussi des sauts dont le programme est imposé.

Le freefly peut aussi se pratiquer en loisirs ou en grande formation.

Pour pratiquer le freefly en sécurité, le Brevet B4 est nécessaire. Il consiste à maîtriser différentes positions de chute libre tout en contrôlant ses déplacements.

En 2012, l’équipe de France de freefly Kristal fut sacrée championne du Monde.

Akrostyle, au dessus d’Eloy, Entrainements 2009

Akrostyle, équipe de France championne du Monde 2012,
Yohann Aby et Sébastien Chambet

Le Free Style

Véritable « danse du ciel » cette discipline spectaculaire mélange des compétences variées. Gymnique, acrobatique, esthétique, tonique, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le vol d’une équipe de freestyle. En compétition, un vidéoman évoluant dans les trois dimensions filme les figures d’un performer. La chorégraphie aérienne dure 45 secondes et doit mélanger des acrobaties avec  des figures de freefly. Il existe un programme libre et 2 programmes imposés.Le programme libre est issu de l’imagination des membres de l’équipe qui doivent attirer l’œil des juges avec des figures difficiles et originales. Le saut doit être fluide et rythmé. La qualité des images est prise en compte.Le programme imposé d’un saut comprend 4 figures reconnues par la fédération Aéronautique Internationale. Le vidéoman et le performer doivent les réaliser en 45 secondes maximun, sans erreur technique et avec la meilleure présentation possible.

Depuis plus de 6 ans la France n’a pas cessé de gagner le titre de Champions du Monde de cette discipline. Récemment c’est à Dubaï, en 2012, que l’équipe de France de freestyle Akrostyle a remporté son deuxième sacre mondial.

PICT0045PICT0066

Le Vol Relatif Vertical

Le Vol Relatif Vertical est un mixe du VR traditionnel et du free fly (toute position sauf à plat).

Cette discipline consiste à réaliser le plus grand nombre de points en un temps imposé en chute libre. L’équipe de 5 compétiteurs (4 performeurs et un vidéoman) évolue dans des vitesses avoisinant les 300 km/h. Les points ne sont validés que s’ils sont visibles sur la vidéo. Les français sont les meilleurs au monde.

IMG_89371_2

 

Le Voile Contact

Le Voile Contact, une des dernières nées des disciplines du parachutisme sportif, consiste à réaliser, à partir d’un largage à 2 000 mètres, des figures voiles ouvertes. Dès la sortie d’avion, les parachutistes ouvrent leurs voiles pour construire une formation. Ils effectuent des appontages sur les voiles de leurs coéquipiers par des prises faites aussi bien avec les pieds qu’avec les mains.

Le Voile Contact comporte des épreuves de :

– Séquence à 2 : enchaînement imposé de 5 figures tirées au sort. Le cycle devra être exécuté un maximum de fois, en un temps de travail limité de 1 minute.

– Séquence à 4 : enchaînement imposé de 4 ou 5 figures tirées au sort. Au cours de ces évolutions, les parachutistes pourront être amenés à voler en individuel, en binôme ou trinôme. Le cycle devra être exécuté un maximum de fois, en un temps de travail limité de 2 minutes.

– Rotations à 4 : saut à 2 000 mètres. Réalisation d’un empilage à 4, puis l’équipier du dessus se détache pour rejoindre la base de la formation. Le maximum des rotations doit être réalisé en un temps de travail de 1 minute 30. Chaque figure à 4 marque un point. Les Français détiennent le record du Monde réalisé en Juin 1996 en Indonésie, avec 22 points.

– 8 formation : consiste à réaliser le plus vite possible, une figure à 8 équipiers. Cette figure est tirée au sort en début de compétition. Le chronomètre se déclenche au premier qui sort de l’avion et s’arrête quand le dernier est accroché. [ cette discipline n’est plus pratiquée en compétition aujourd’hui]

Une formule particulière de record consiste à réaliser la plus grande formation, avec un maximum de parachutistes accrochés ensemble. Le Record actuel (2007) par une équipe internationale est à 100 parachutistes accrochés voile ouverte. En 2012 et 2014, les équipes de France de Voile Contact réalisent le grand chelem en remportant les 3 épreuves de Séquence à 2, Séquence à 4 et Rotation, du jamais vu depuis 1996 par la France en Indonésie.

le_voile_contact_1le_voile_contact_2 le_voile_contact_3le_voile_contact_4

La Voltige

Effectuée à partir d’une hauteur de 2 200 mètres, la voltige est une épreuve de chute libre exécutée à environ 240 km/h. Le compétiteur doit exécuter une série de 6 figures imposées, en un minimum de temps, contrôlées dans les 3 dimensions.Toute déviance de l’assiette du corps par rapport aux axes de référence est pénalisée en secondes ou fractions de seconde.

Le record du monde est détenu par le Français Franck BERNACHOT, avec 5 secondes et 40/100ème chez les hommes.

Photo_Olivier_Plat_1Photo_Olivier_Plat_3Photo_Olivier_Plat_4Photo_Olivier_Plat_5

 

La précision d’atterrissage d’un parachutiste

Les parachutistes effectuent leur saut entre 1 000 mètres et 1 200 mètres. A l’atterrissage l’enjeu consiste à venir toucher un plot de 3 cm de diamètre situé au centre d’une cible électronique. La performance optimale est 0 cm.

phoca_thumb_l_Photo-Jean-Noel-Hardouin-(2)phoca_thumb_l_Photo olivier Plat (6)phoca_thumb_l_Photo Olivier Plat (2)phoca_thumb_l_Photo Deborah Plat (6)phoca_thumb_l_Photo Deborah Plat (4)phoca_thumb_l_Photo Deborah Plat (3)

 

 

 

 

 

Share Button